Navigation principale


Bienvenu(e), invité(e)
Utilisateur:

Mot de passe:


Se souvenir

[ ]
[ ]
[ ]
 Membres vus aujourd´hui: 4
Actuellement connecté
 Membres: (0)
 Invité(e)s: (31)


Forums
<< Sujet précédent | Sujet suivant >>   
Warcraft et World of Warcraft : déjà 15 et 5 ans ! Retour sur le phénomène de Blizzard

Auteur Message
Yøg
04 décembre 2009, 23:33
Membre enregistré #326
Inscrit(e) le: 09 juillet 2008, 23:08
Messages: 2498

Ces deux dernières semaines marquent une étape importante dans la saga Warcraft / World of Warcraft. En effet, le premier fête ses 15 ans, tandis que le second, dernier venu de la licence et sans conteste son plus brillant succès, fête (déjà) ses 5 ans d'existence. L'occasion de revenir sur la licence culte, et de livrer des interviews exclusives des créateurs de Blizzard qui ont fait, font et feront de cette licence un univers incontournable du jeu vidéo !

Dossier réalisé par Ludo & RaHaN de chez Gamebmog.fr

 

Les origines

Bon nombre d'entre vous doivent déjà le savoir, mais si Blizzard est aujourd'hui unanimement considéré comme un développeur star du PC, aux origines, il n'en était rien. Le nom "Blizzard" n'était même pas celui de la jeune société fondée par Allen Adham, Michael Morhaime et Frank Pearce en février 1991 : elle s'appelait "Silicon & Synapse". Et à l'époque, ses hits sortaient sur console. Il s'agissait de Rock'n Roll Racing ou encore The Lost Vikings (édités à l'époque par Interplay).

Rock'n Roll Racing,
Avec sa bande-son originale adaptant le cultissime Paranoid de Black Sabbath aux capacités sonores de la Super Nintendo.

The Lost Vikings,
Un gameplay puzzle précurseur basé sur les capacités différentes de trois personnages devant s'entraider pour progresser.

Ainsi, ce n'est qu'en 1994, après avoir été acquise une première fois par le distributeur Davidson & Associates, que Silicon & Synapse deviendra Blizzard Entertainment (en passant très brièvement par le nom "Chaos Studios", malheureusement déjà utilisé par une autre société) ; peu avant de sortir Warcraft : Orcs and Humans - son premier super gros succès.

"Acquise une première fois", car elle changera en effet de mains plusieurs fois entre cette époque et aujourd'hui, ce que beaucoup de gens ignorent. Blizzard a ainsi connu un paquet de "patrons", et ce depuis sa prime jeunesse.

 

Une vie mouvementée

Davidson sera d'abord acquise en même temps que Sierra On-Line et d'autres par CUC International (un conglomérat de services) en 96. Un énorme scandale financier et deux ans plus tard, l'ensemble sera cédé à Havas. Nous sommes alors en 1998, et cette même année, Havas est acquis par Vivendi. Enfin, c'est en Juillet 2008, tout récemment, que la fusion entre Vivendi Games et Activision placera Blizzard dans une toute nouvelle situation "politique", puisque c'est son nom qui remplacera celui de Vivendi sur la plaque nominative du géant qui émerge de cette fusion : Activision Blizzard. Pourtant, Blizzard elle-même est une société qui restera avant tout concentrée sur la création et l'enrichissement de ses propres licences, de ses propres univers, avec une indépendance et une liberté éditoriale qui font figure de miracle, compte-tenu de son histoire juridico-financière. Et c'est peut-être précisément cela qui a fait de son nom une griffe si préférable à mettre en avant, par rapport à celle de Vivendi...

 

Les jeux

Si dans les premières années de sa vie, et donc sous son nom de Silicon & Synapse, la société se fait d'abord les dents sur quelques portages de jeux sur les plates-formes Amiga, Macintosh et/ou PC, ses premiers jeux propres choisiront donc le support console. Mais surtout, à de rares exceptions près, Silicon & Synapse / Blizzard ne sort que des succès. Des succès commerciaux, bien sûr, mais aussi critiques. Rares sont les développeurs à avoir su maintenir la qualité de leur production pendant aussi longtemps, cultiver la force de leurs licences et raffiner l'ensemble pour assoir leur liberté financière, donc avant tout créative.

 

 

 

 

 

 

 

Basés à Irvin, en Californie, les développeurs de Blizzard jouissent aujourd'hui de conditions de travail rares. La société a également des bureaux en Europe et en Asie, avec des équipes dédiées aux marchés locaux.

Jeu Année
RPM Racing1991
Battle Chess (portage Windows et Commodore 64)1992
Battle Chess II: Chinese Chess (portage Amiga)1992
J.R.R. Tolkien's The Lord of the Rings, Vol. I (portage Amiga)1992
Castles (portage Amiga)1992
MicroLeague Baseball (portage Amiga)1992
Lexi-Cross (portage Macintosh)1992
Dvorak on Typing (portage Macintosh)1992
The Lost Vikings
1992
Rock N' Roll Racing1993
Shanghai II: Dragon's Eye1994
Blackthorne1994
The Death and Return of Superman1994
Warcraft: Orcs & Humans1994
The Lost Vikings II1995
Justice League Task Force1995
Warcraft II: Tides of Darkness1995
Warcraft II: Beyond the Dark Portal1996
Diablo1996
StarCraft1998
StarCraft: Brood War1998
Warcraft II: Battle.net Edition1999
Diablo II2000
Diablo II: Lord of Destruction2001
Warcraft III: Reign of Chaos2002
Warcraft III: The Frozen Throne2003
World of Warcraft2004
World of Warcraft: The Burning Crusade2007
World of Warcraft: Wrath of the Lich King2008
StarCraft II: Wings of LibertyEn cours de dév.
World of Warcraft: CataclysmEn cours de dév.
Diablo IIIEn cours de dév.
StarCraft II (Heart of the Swarm)En cours de dév.
StarCraft II (Legacy of the Void)En cours de dév.
Projet de MMO next-genEn cours de dév.
StarCraft: GhostArrêté indéfiniment

C'était il y a 15 ans

Warcraft est né en même temps que le succès à grande échelle pour Blizzard : Warcraft : Orcs & Humans, premier jeu de la licence, sort sur PC en novembre 1994 (puis en 1996 sur Mac). Si aujourd'hui Warcraft est connu par sa dernière itération en date comme un MMO RPG, la licence est bien entendue née dans un tout autre genre : celui du Stratégie Temps Réel. Elle ne l'a certes pas inventé (ce privilège revient au jeu Dune II), mais elle y a incontestablement contribué brillamment, et ce depuis cet opus original.


Les deux premiers Warcraft avaient une jaquette très similaire.


Warcraft premier du nom n'était pas non plus le premier à offrir du multi-joueurs. D'ailleurs, d'une manière générale, Blizzard n'a jamais vraiment été un pionnier avec aucun de ses jeux : la société a toujours su, en revanche, incorporer, digérer, et synthétiser tout le meilleur de ce qu'elle reprenait, depuis la direction artistique jusqu'au Gameplay en passant par les fonctionnalités secondaires. Pour autant, Blizzard ne s'est jamais empêcher d'innover, bien au contraire. Mais plutôt que de tenter des révolutions, la société semble se concentrer sur les détails et le raffinement prolongé de formules éprouvées.

 

 

 

 

Des images de Warcraft : Orcs & Humans.

Ce premier opus proposait déjà deux campagnes séparées (une pour les Orcs, une pour les Humains) à parcourir en solo, avec un fort accent porté sur le narratif et l'univers.

Des suites qui mettent tout le monde d'accord

Lorsque Warcraft II : Tides of Darkness, la suite du Warcraft original, sort en décembre 1995, son principal concurrent n'est autre que le célèbre Command & Conquer développé par Westwood. Cette espèce d'affrontement entre les deux séries pour la suprématie du genre conduira à diverses sorties de part et d'autre. Du côté de Warcraft, un premier add-on, Warcraft : Beyond the Dark Portal, verra le jour en avril 1996.

 

En 1999 sort Warcraft II : Battle.net Edition, qui réunit Tides of Darkness et Beyond the Dark Portal, tout en agrémentant l'ensemble de la compatibilité avec Battle.net, le service de jeu en ligne gratuit mis en place par Blizzard. Enfin, Warcraft II : The Dark Saga permettra aux joueurs PlayStation et Saturn de découvrir l'excellent titre. À noter d'ailleurs que l'adaptation PlayStation fonctionnait avec la souris PlayStation et était jouable en link (deux consoles reliées, deux jeux, deux écrans).

 

 

 

 

Warcraft II : Tides of Darkness.

Par rapport à son prédécesseur, Warcraft II apporte avant tout une réalisation revue, bien entendu, mais aussi de nouvelles unités, et surtout des combats maritimes et aériens, le support du multijoueurs à 8 (d'abord en réseau local puis plus tard avec Battle.net), et un éditeur de cartes qui permet à tout un chacun de créer ses propres scénarios.

Le succès est déjà là, bien sûr, mais sera décuplé à l'arrivée de Warcraft III : Reign of Chaos. Dévoilé pour la première fois en 1999 à l'occasion de l'ECTS, le game design original était très différent du jeu final qui sortira, lui, en juillet 2002. En effet, l'idée d'origine était de proposer un RPS - pour Role Playing Strategy : un mélange de RPG et de RTS. Il était originellement possible de parcourir les cartes avec une vue placée derrière un personnage principal qui était le seul contrôlé par le joueur, pour aller entreprendre des quêtes proposées par des PNJ, tandis que les autres unités du jeu suivaient le héros. World of Warcraft était déjà en cours de développement à l'époque, et les deux jeux ayant tendance à se rapprocher, l'équipe changea d'orientation en laissant certaines idées au MMO.

 

 

 

 


Warcraft III, dans toute sa splendeur.

La formule évoluera donc finalement pour se recentrer sur la stratégie temps réel, même si des éléments de RPG subsisteront, comme les héros, devenues des unités spéciales très importantes qui gagnent des niveaux et utilisent des objets. Ils sont d'ailleurs une des nouveauté de cet opus encore énormément joué en ligne aujourd'hui, avec son extension Warcraft III : The Frozen Throne.

C'est aussi le premier Warcraft en 3D Temps Réel, même si la caméra reste axée de manière à offrir au joueur une vue de dessus similaire aux précédents volets en 2D. Warcraft III étend aussi de manière significative la variété stratégique offerte aux joueurs en proposant deux nouveaux camps en plus des orcs et des humains : les elfes de la nuit, et les morts-vivants. L'univers s'enrichit aussi au passage, de nouveaux personnages émergent, et l'ensemble hérite d'une cohérence narrative de plus en plus forte. Comme Warcraft II (et Starcraft), le jeu sort avec un éditeur de Maps, et se retrouvera au centre d'une communauté importante de modders, qui créeront de tous nouveaux types de jeux sur la base de Warcraft III, comme le célèbre Defense of the Ancients (DotA).

 

Londres, le 2 septembre 2001

C'est à l'ECTS de Londres, le 2 septembre 2001, que Blizzard a annoncé et dévoilé, pour la toute première fois, World of Warcraft (WoW pour les intimes). À l'époque, le MMORPG est encore très confidentiel et n'attire que les puristes du jeu de rôle papier désireux de poursuivre leur passion au-delà des soirées hebdomadaires de leurs clubs. Trois MMO se répartissent alors le marché, Asheron's Call, Ultima Online et surtout Everquest, véritable star de l'époque qui culminera au plus fort de sa forme à environ 450.000 joueurs.


Premier trailer de WoW à l'ECTS 2001.


Première vidéo de gameplay à l'ECTS 2001.


La révolution est en marche

Le vendredi 19 mars 2004, soit pratiquement neuf mois jour pour jour avant la naissance de WoW (à se demander si Blizzard ne l'a pas fait exprès), le Beta test commence et l'on sent immédiatement que quelque chose de grand est sur le point de se passer.

Exit l'élitisme d'Everquest, la lenteur de Dark Age of Camelot et les bugs de Star Wars Galaxies, bienvenue à l'ouverture d'esprit selon Blizzard et l'accessibilité au plus grand nombre de WoW. Terminé les textes de quêtes incompréhensibles vous demandant de rejoindre Gunthar le pnj forgeron à Bab El-Oued au sud-ouest après l'arbre en forme de pierre (!), dans WoW, à votre arrivée, un pnj avec un gros "!" jaune vous attend face à vous, vous accueille les bras ouverts et vous propose une petite mise en jambe très facile comme faire le tour du village ou aller tuer deux ou trois loups 50 mètres plus loin, histoire de voir quel effet cela fait de lancer une boule de feu et ainsi de suite.


Le "!" jaune sur la tête des pnj, une révolution dans les MMORPG !

Aucune notion "rôliste" n'est requise, WoW se veut avant tout un jeu d'aventure en ligne où on a la possibilité de rencontrer d'autres joueurs pour partager une aventure épique à plusieurs. L'interface est très simple d'accès, les techniques de combat on ne peut plus classiques, la progression suffisamment rapide pour ne pas avoir l'impression de stagner (on passe au niveau 2 en moins de cinq minutes et au niveau 5 en moins de deux heures) et surtout la mort ne vous guette pas comme une épée de Damoclès puisque celle-ci n'est pas pénalisante outre mesure. Pour un rôliste mécontent, Blizzard fera rapidement des milliers de joueurs (et même non-joueurs avant ça) heureux.


Un succès sans précédent

Très vite, WoW affole les compteurs et au bout d'un an seulement, on compte déjà plus de 5 millions de joueurs à travers le monde. Un chiffre qui ne cessera de grimper pour atteindre les 12 millions au dernier pointage, en début d'année 2009.

La réussite de WoW s'explique à la fois par l'incroyable talent de Blizzard à proposer sans cesse quelque chose de passionnant pour les joueurs, et l'incapacité notoire de ses concurrents à proposer, encore aujourd'hui (cinq ans après !), quelque chose de réellement nouveau. Au fil des ans, WoW a évolué, pas toujours au bon goût des joueurs, afin de proposer un jeu qui conviendrait au plus grand nombre. Une méthode peut-être empruntée à Nintendo, qui a l'inconvénient de déplaire aux hardcore gamers mais l'avantage d'être particulièrement lucrative. On a ainsi vu les plus grosses instances de raid passer de 40 à 25 joueurs, les donjons passer de 2h à 30mn et la progression en niveaux se faire environ 30% plus rapidement, au fil des ans. Exit également le Joueur contre joueur (JcJ ou PvP) avec classement récompensant les plus acharnés qui devaient passer plus de 18h par jour à jouer pendant plusieurs semaines consécutives (ND Ludo : du vécu, oui, oui...) pour avoir l'équipement violet ("épique") trop beau qui suscitait crainte et respect. Tout ce nivellement par le bas a fini par lasser les plus grosses guildes qui représentaient 1 ou 2% de la population mais ont permis à toutes les autres d'accéder à un contenu autrefois réservé à cette élite, et de se prendre à rêver de grandeur et d'objets épiques voir légendaires.

En très peu de temps, Blizzard, avec WoW, n'a pas seulement tout compris au business du jeu en ligne, il a véritablement crée une bible du genre en termes de Game Design, d'accessibilité et de densité de contenu, qui est aujourd'hui l'étalon de comparaison indispensable pour tous les autres jeux du genre.


La Cherchevent (Thunderfury en V.O.), la seconde arme Légendaire de WoW.

 

WoW, une agence matrimoniale

Là où WoW a su se démarquer des autres titres du genre mais aussi des autres jeux vidéo, c'est qu'il est pour beaucoup bien plus qu'un simple jeu vidéo, justement. Plus de 30% des joueurs de WoW sont des joueuses. Un chiffre colossal pour un jeu qui ne se joue que sur ordinateur (PC ou Mac). Certaines sont là pour partager la passion de leur ami ou mari, d'autres parce qu'elles étaient avant cela déjà des joueuses invétérées, mais la plus grande partie des joueuses est venue pour tout l'univers féérique du jeu, ses personnages attachants, ses décors colorés, ses événements réguliers, ses animaux de compagnie à collectionner, son système de discussion particulièrement bien intégré et une communauté suffisamment mature pour y trouver son compte. Son compte en matière de jeu bien sur, mais pas seulement. WoW est également le meilleur site de rencontres au monde pour certain(e)s. En cinq ans, le nombre de couples, amants, maitresses, mariage et divorces ferait pâlir Meetic et ses amis. Nombreux sont les gens à se connecter quotidiennement à WoW sans but précis, juste comme ils regarderaient le JT ou consulteraient leurs mails.


WoW se paie le luxe d'avoir les plus grandes stars pour ses pubs !

 

Et maintenant, que vais-je faire ?

Cinq ans, ça parait déjà incroyable comme longévité pour un jeu vidéo, et pourtant cela ne semble pas prêt de s'arrêter. Outre le patch 3.3 qui arrive dans quelques jours avec la fin du contenu de l'add-on Wrath of the Lich King et dans lequel on pourra enfin affronter Arthas le Roi Liche en personne, 2010 verra débarquer Cataclysm, le troisième extension de la franchise.

Un retour au sources pour WoW qui permettra aux joueurs de pousser le niveau maximum des personnages à 85 mais aussi et surtout de revenir sur les deux continents originaux, Kalimdor et Les Royaumes de l'Est, totalement revus et corrigés après le cataclysme provoqué par Aile de Mort le Destructeur. Deux nouvelles races feront leur apparition, les Gobelins chez la Horde et les Worgens (des loups-garous) chez l'Alliance (les deux factions opposées du jeu), et elles feront l'objet d'une mise en scène particulière, à l'image de la quête d'introduction des Chevaliers de la Mort, classe introduite avec la seconde extension Wrath of the Lich King.

Que du bon donc, et sans doute encore des records à battre pour WoW tant la concurrence semble désarçonnée face aux échecs répétés de tous les prétendants sortis au cours de ces dernières années, dont plus personne ne parle aujourd'hui.


La bande-annonce de Cataclysm, un teaser alléchant made in Blizzard.



[ Édité 04 décembre 2009, 23:52 ]

[images désactivées]


Retour en haut
Yøg
04 décembre 2009, 23:35
Membre enregistré #326
Inscrit(e) le: 09 juillet 2008, 23:08
Messages: 2498

BlizzCon : le rendez-vous des fans

Pour tous les fans de Blizzard et de ses univers, la BlizzCon est une Grand Messe à présent annuelle incontournable.

Cette sorte de salon spécial Blizzard est né en 2005, avec une première édition qui aurait déjà réuni 8.000 fans, et vu l'annonce officielle de la première extension de World of Warcraft : the Burning Crusade. Retransmis en direct sur le câble américain depuis son édition 2008, l'événement propose de jouer en avant-première aux titres encore en production de l'éditeur.

Battle.net et le Pro-Gaming

Blizzard est également le créateur et l'exploitant de Battle.net. Ce service de jeu en réseau est né en janvier 1997 en parallèle du lancement de Diablo, célèbre Hack & Slash dont la partie réseau a coûté à des millions de joueurs des heures et des heures de sommeil...

Battle.net fut le premier service de jeu en ligne intégré directement à l'interface de jeu (à l'époque, la plupart des services équivalents passaient par des programmes externes). C'était aussi un service de jeu totalement gratuit, et il l'est encore aujourd'hui !


L'interface de Battle.net classique, intégrée au jeu Starcraft.

L'avance indubitable dont jouissait le service lui a valu de fonctionner peu ou prou sur la même base jusqu'à sa toute première révision majeure, dévoilée en Mars Dernier et qui servira avant tout à accueillir et soutenir Diablo III, Starcraft II et World of Warcraft (principal moteur de cette révision, d'ailleurs, afin d'unifier les comptes payants de WoW et ceux qui seront utilisés pour les autres jeux du développeur).

Par ailleurs, la qualité des jeux et du service ont vite rapproché Blizzard des "pro-gamers", les joueurs professionnels. En Corée du Sud, Starcraft reste un des titres les plus joués professionnellement, avec des matches diffusés en direct sur des chaînes nationales !

 

Easter Eggs

WoW est littéralement bourré de centaines d'anecdotes et de clins d’œil qu’on appelle aussi Easter Eggs en anglais (les Œufs de Pâques). Il faudrait des pages et des pages pour toutes les énumérer, mais en voici une toute petite sélection :

• Les trois guichetiers de la banque de Hurlevent, la capitale des Humains se nomment Olivia, Newton et John (Olivia Newton-John).


Un personnage encapuchonné de vert et qui s'appelle Linken ? Hum.

• À Shattrath, une ville neutre visitée par les deux factions, une vendeuse de produits de luxe propose des sacs de 24 emplacements et se nomme Harris Pilton (Paris Hilton).

• À Zul Aman dans l'extension Burning Crusade puis dans les Grisonnes avec Wrath of the Lich King, le désormais célèbre Harrison Jones, croisement d’Harrison Ford et d’Indiana Jones, vous accompagnera pour une petite série de quêtes.


L'Homme qui valait 3 milliards ?

• Dans le cratère d'Un'Goro, deux PNJs se chamaillent au sujet d'une route perdue. Leur nom ? Larion et Muigin. L'un est petit et gros habillé d'une salopette rouge, l’autre grand et maigre couvert de vert. Paraitrait même qu'ils sont frères et plombiers…


Ce bolide à courses gobelin fait furieusement penser aux Pods de Star Wars : la Menace Fantôme, non ?

• Dans le donjon d'Uldaman, les joueurs croisent tôt ou tard trois nains, Erik, Baleog et Olaf. Il s'agit des héros du jeu The Lost Vikings, le premier jeu de Blizzard qui s’appelait encore à l'époque Silicon & Synapse (c.f. la première page du dossier).

• En cliquant dans le menu des hauts-faits (des succès/trophées à débloquer dans WoW), puis sur l'onglet "professions" et enfin dans la section "Cuisine", un haut fait s'appelle "Le gâteau n'est pas un mensonge" (The Cake is NOT a lie en V.O.). Ceux qui ont joué au génial Portal comprendront.

Merchandizing power

Avec un phénomène tel que WoW, le pire comme le meilleur du merchandizing a été entrepris, officiellement, depuis l'explosion du jeu. Voici une (toute) petite sélection de tout ce qui est Warcraft... en dehors de Warcraft (tout ce qui suit est authentique et officiel).

• La carte de crédit WoW

• Le Mountain Dew (boisson américaine) WoW

• Le jeu de cartes à collectionner  (plutôt réussi) WoW

• Warcraft, c'est aussi 13 romans et 4 séries de Comics contant les événements importants de la mythologie Warcraft et de ses héros, qu'on retrouve bien entendu dans les jeux Warcraft et essentiellement dans WoW.

La boutique en ligne officielle comporte évidemment les classiques, tels que T-Shirts, livres, objets de collection, et compagnie, pour World of Warcraft bien sûr mais aussi les autres univers de Blizzard.

D'autres jeux (de plateau et de rôle) reprenant la licence ont également été commercialisés.



[images désactivées]


Retour en haut
Modérateurs:aihla, Minitonia, Nowwhat, Yøg, Dobromir, Agroma, Freijana, Yinløng, Espérãnce

Allez à:     Retour en haut


Fil d’informations pour ce sujet: RSS 0.92 Fil d’informations pour ce sujet: RSS 2.0 Fil d’informations pour ce sujet: RDF
.